• Search
  • Lost Password?

Les financements de séries A, B et C 

Dans l’univers de l’investissement, les lettres A, B et C désignent des techniques de financement. Celles-ci correspondent aux différentes phases de développement des sociétés qui sollicitent des investisseurs. Dans la plupart des cas, ce sont de jeunes entreprises innovantes. Les levées de fonds leur sont indispensables pour lancer et/ou développer leur activité.

Série A, série B et série C, voici un bref explicatif de ces différentes techniques de financement.

Les financements d’amorçage et de lancement

Il existe des financements spécifiques aux différentes étapes de développement des jeunes entreprises. La première correspond à la phase de création. Un financement est indispensable pour conduire les études de marché, couvrir les frais de recherche et de recrutement. On parle alors d’une levée de fonds pré-seed.

La seconde étape aborde la phase de lancement de l’entreprise qui ne peut avoir lieu sans un financement. Il s’agit de la levée de fonds seed. Elle intervient au moment de la commercialisation des produits ou services. Grâce à cet apport, la jeune société pourra développer son activité.

Viennent ensuite les financements offerts les séries A, B et C.

Les financements de série A

L’objectif du financement en série A : optimiser les leviers de traction, c’est-à-dire pousser les produits commercialisés et toucher un maximum de clients potentiels. En effet, l’entreprise lancée sur son marché, son dirigeant s’active à développer son offre. Il est donc temps d’établir une stratégie pertinente pour parvenir à cet objectif et générer plus de profits à long terme.

Souvent, les financements de série A proviennent d’entreprises de capital-risque et de business angels. Le montant des fonds levés peut atteindre 5 millions d’euros. Ce chiffre a tendance à augmenter avec la valorisation toujours plus élevée des start-up innovantes évoluant dans l’univers des nouvelles technologies.

Les financements de série B

Avec les financements de série B, les entreprises visent un niveau de développement supérieur. Ces apports de capitaux leur permettent d’élargir leur portée commerciale. À ce stade de développement, les investisseurs ont une idée plus précise des capacités de l’entreprise et du montant des plus-values qu’ils peuvent espérer. Il en résulte des enjeux plus importants pour chacune des parties.

Les financements de série B aident donc les sociétés à améliorer leur offre, optimiser leur recrutement, renforcer leurs stratégies commerciales et leurs capacités techniques… Toutes ces améliorations imposent d’importants apports de capitaux.

Les investisseurs sont les mêmes que pour les série A, mais les investissements atteignent des valeurs plus élevées.

Les financements de série C

Les financements de série C concernent les entreprises matures et performantes. Les investisseurs cherchent à doubler leur mise de départ tandis que les sociétés souhaitent perfectionner et décupler leur activité pour gagner des parts de marché et s’avérer de plus en plus compétitive.

Lorsque ces levées de fonds sont considérées comme particulièrement fiables, les investisseurs sont nombreux. Parmi eux, les fonds de capital-développement et les banques d’investissements. Les montants investis peuvent alors atteindre des dizaines de millions d’euros.